Skip to content

La fausse veuve, de Florence Ben Sadoun

septembre 16, 2008

 

Je n’ai pas l’habitude de faire des critiques des bouquins que je lis actuellement ici. C’est un exercice dans lequel je suis loin d’exceller… Cependant, il parait que seuls 25% des français lisent entre 10 et 24 livres par an. Si je fais le compte de mon côté, je dois être pas loin d’un minimum de 20 par an  (et j’écris toujours aussi mal ! soit… passons…) ; suis-je alors considérée comme une grande lectrice ? Est-ce grâce à ces 25% (+15% qui lisent plus de 25 livres par an, ce sont soit des warriors soit ils ont 3 heures de trajet dans les transports en commun quotidiens…) que l’industrie du livre se maintient ?

Bref, étant donné mon amour des livres (je ne vais pas vous dire combien j’en ai, parce que c’est trop!), j’aurais au moins l’impression de faire ici une bonne action (à défaut d’en faire une critique chevronnée…).

Tout ça pour en venir aux faits… Les Editions Denoël en partenariat avec le site Chez les Filles ont mis en place un système de distribution gracieuse de livres à des blogueurs ou blogueuses, à la seule condition qu’ils en touchent un mot sur leur blog… En gros, dans le but de tenter un buzz ?! C’est ainsi que La Fausse veuve de Florence Ben Sadoun a atterri entre mes mains…

Vous vous souvenez du Scaphandre et le Papillon de Jean Dominique Bauby ? Vous avez peut-être vu le film ? Moi non…  J’ai lu livre il y a une éternité, mais je ne me souviens que de bribes… D’ailleurs, à ce moment j’ignorais même qui était Bauby et quelle figure journalistique il était. Même qu’il officiait au magazine auquel je suis abonnée depuis des lustres (et dont je remets en cause l’abonnement chaque année… le temps est venu d’ailleurs… fera? fera pas ?)… Bref, 10 ans après, sa maîtresse, son  dernier amour prend la plume : l’auteure… 

Je vous avoue que je l’ai lu en 3 jours à peine : c’est court, simplement écrit, quelques jolis passages, et parfois une certaine violence, pas physique, mais un mal être palpable dans le dégoût… Un intrusion pour le lecteur et sans doute une libération pour l’auteure, un peu à la manière d’un journal qui n’est plus intime, une catharsis. C’est déstabilisant : ce « vous » qui vouvoie le « tu » sur la même page, cette revendication d’une intimité ou plutôt d’une histoire volée (le film ?), cette femme dégoûté par cet hôpital et ce corps où l’être aimé est resté enfermé, mais toutefois une certaine poésie dans les retours vers l’enfance….

© Florence Ben Sadoun, la Fausse Veuve, Editions Denoël (Extrait, cliquez pour agrandir)

Je regrette de ne pas avoir la culture littéraire ou simplement les mots justes pour vous en donner une critique objective (j’ai une formation d’archéologue ;)), mais vous n’irez pas vous plaindre tout de même ?

Je me suis juste interrogée pour quelles raisons les Editions Denoël ont eut la volonté d’en faire un buzz sur la toile, alors que l’auteure est rédactrice en chef de Première et journaliste à ELLE ? Etrange, je n’ai pas vu de critiques dans mon magazine (ou alors, je n’ai pas bien regardé ?)…

oOo

Pour la bonne action, j’y viens… Je propose au premier ou à la première de passage ici, qui souhaiterai lire le livre de lui envoyer également gracieusement, à la seule condition, qu’il ou elle s’engage à le faire circuler à son tour après sa lecture, et ainsi de suite… Voilà, ma petite contribution à la lecture francophone :)

On fait comment ? On mets un petit commentaire… on signale que l’on est vraiment intéressé ! Je vous contacte par email, on échange les adresses et hop, c’est une affaire qui roule, je me ferais un plaisir de vous l’envoyer :o)

oOo

Pour des critiques constructives, je vous conseille ce lien : http://www.lalettrine.com/article-22356375.html , et encore d’autres liens sur cette même page !

© La fausse Veuve, Florence Ben Sadoun, Editions Denoël, 13€

 

17 commentaires leave one →
  1. septembre 16, 2008 10:11

    Très sympathique initiative; je passe mon tour. J’ai une pile de livres assez conséquente qui m’attend déjà dans la chambre.
    Cela veut-il dire qu’on peut s’attendre à d’autres critiques de livres?

  2. septembre 17, 2008 7:52

    En effet, bonne initiative. Mais comme Angèle, je passe. Depuis que je « blogue »,moi qui ai été une grande lectrice, n’y consacre que peu de temps désormais.
    Le livre de Florence Ben Sadoun a l’air fort beau mais je sais que je ne l’aurai pas acheté: Le « travail » du deuil est un sujet trop douloureux pour moi.

  3. septembre 17, 2008 9:13

    Je passe moi aussi. Je lis peu de livres, bien trop peu, et je me dis régulièrement que je ferai mieux de me plonger enfin dans Proust (je procrastine du Proust depuis des lustres) plutôt que de perdre mon temps à lire des a-bécasse-ries (ou abécassecouilleries, c’est comme on veut) même si ça m’a donné l’occasion de faire un billet sur mon blog.
    Florence Ben Sadoun a bénéficié d’un long papier dans ELLE il y a quelques semaines. Elle est aujourd’hui mariée, heureuse, bla-bla. J’ai lu le livre de Bauby à sa sortie, je me souvenais alors de cette superbe photo parue dans ELLE, il en était le red-chef. J’ai vu le film l’année dernière, bouleversant, mais qui n’avait pas la force du livre et m’avait mise un peu mal-à-l’aise. Le livre de Florence Ben Sadoun accentue chez moi ce malaise, je dois dire que je sature sur le chapitre du déballage permanent qui encombre les rayonnages de nos librairies (si on peut appeler ainsi les grandes chaînes qui vendent du livre au kilomètre). Florence Ben Sadoun était la femme de l’ombre, c’était sans doute douloureux, mais je reste dubitative quand à ce besoin (?) de laisser abattre des arbres pour sortir ce cette ombre son histoire avec Bauby.
    Bon, avec toutes mes confuses pour ce long comm assez cash…

  4. septembre 17, 2008 9:14

    que je feraiS mieux

  5. septembre 17, 2008 9:19

    je suis OK pour le recevoir, j’ai le temps de lire et je voudrais lire un auteur nouveau en ce moment alors je veux bien :)

  6. septembre 17, 2008 9:48

    Et Hop ! Le livre va atterir entre les mains de lavieenrouge… Je m’en occupe asap, pas besoin de ton adresse… je l’ai déjà :))

    @ Angèle :
    Merci pour l’initiative… Mais ça me semble normal dans le sens où c’est un livre que j’ai reçu gracieusement et pourquoi pas en faire profiter d’autres ?
    J’aimerai bien voir ta liste de lecture ;)

    @ Isabelle :
    Dommage pour la lecture… Mais c’est vrai que prendre le temps de lire, commenter et pour toi dessiner… c’est une marotte supplémentaire !

    @ Frieda :
    Ton avis est le bienvenu :)
    Abécassis… me déçois aussi au niveau de l’écriture, mais Proust, faut se lancer ! Toute une aventure ;)
    Tu vois j’ai raté le papier dans ELLE ! probablement un de ceux qui ont attéri dans ma BAL pendant mon absence et que je n’ai encore pas ouvert ?!
    Déballage, probablement… c’est pourquoi j’ai parlé de catharsis… Bien que Denoël ait choisi de mettre l’étiquette « roman », ça me laisse dubitative.
    J’ai pas vu le film, et je n’en ai toujours pas l’envie… le malaise est aussi dans ce livre !
    Quant à la justification de l’édition du livre, je ne sais pas si elle vient de l’auteure elle même ou pas ?

  7. septembre 17, 2008 10:01

    Sympa cette initiative chez les filles!
    Il est bien le livre de Ben Sadoun?

  8. septembre 17, 2008 2:28

    je ne lis quasi pas de livres, seulement des magazines….
    pourtant mes parents ont toujours lu des tonnes de livres !
    je ne sais pas pourquoi je n’ai pas le goût de la lecture, pourtant j’aimerais tellement ! en tout cas pour revenir à ton billet, c’est une très chouette initiative ! :)

  9. septembre 17, 2008 7:58

    @ M1 :
    C’est difficile à dire…

    @ Marie :
    Ca ne m’empêche pas d’avoir 3 tonnes de mag chez moi, j’aime les 2, c’est différent !
    Le goût de la lecture peut encore venir, Zok avant (le grand ) l’âge de 31 ou 32 ans n’ouvrait pas plus d’un à 2 livres par an et avec difficulté. Aujourd’hui, il dévore… une drogue ?!

  10. septembre 17, 2008 10:33

    Atta… j’amène mes livres.

    ‘A thousand splendid suns’ de Khaled Hosseini
    Les livres 1 et 2 du ‘Clan des Otori’ de Lian Hearn
    ‘The Road Home’ de Rose Tremain

  11. septembre 17, 2008 11:05

    Très belle initiative!
    Je suis loin de tes 20 livres par an!
    sans compter les futilités, je lis 7-8 livres par an.

  12. septembre 18, 2008 12:09

    j’espère vraiment que ça m’arrivera alors :)
    ça me donne toujours envie les gens qui bouquinent, au soleil à la terrasse d’un café ….

  13. septembre 18, 2008 7:47

    @ Angèle :
    Très franchement, y’a juste le Rose Tremain qui me dit quelque chose, mais le reste ! Et bien…. Pfff suis impressionnée ;)

    @ Ithaa :
    Et bien c’est déjà pas mal, et les futilités ne comptent pas toujours pour du beurre :)

    @ Marie :
    Qui sait ?! C’ets tout ce que je te souhaite car c’est un grand plaisir parfois ;)

  14. septembre 21, 2008 8:35

    j’ai lu ce livre aussi, et comme toi, je me suis posée quelques questions… Malgré tout, je l’ai lu avec plaisir jusqu’au bout, malgré mes réticence.

  15. septembre 23, 2008 3:24

    @ Sylvie :
    Moi aussi, malgré mes interrogations j’ai porté la lecture jusqu’au bout. Le livre a au moins l’avantage de se lire vite et facilement…

Trackbacks

  1. Over- « Milkie Road
  2. De Niro’s Game de Rawi Hage « The Mariga’Z Bulle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :