Skip to content

Celle qui voulait être exploratrice

juillet 31, 2011

Photo  Zok (Août 2010)

Des choses viscérales en nous ?

Il y a bien longtemps, un instituteur de CE1 passionné nous racontait l’histoire des romains et leurs formidables inventions : trottoirs, égouts, chauffage au sol… Puis, en 6ème, j’ai découvert l’Antiquité :  j’ai alors voulu être archéologue.

Du collège au lycée, je me suis finalement retrouvée en section arts plastiques, puis, au grand dam de mon professeur d’arts plastiques (j’étais bonne en dessin, mais je ne savais pas quoi en faire), j’ai entamé un cursus en histoire de l’art et archéologie, jusqu’à la maîtrise (on dit master 1ère année aujourd’hui, c’est dire comme sans la 5è année, ça ne vaut plus rien !). J’ai fini par me retrouver à rédiger un mémoire (proche de la consistance d’une thèse) sur les sarcophages mérovingiens de ma région, qui avait le mérite d’intéresser au moins quatre personnes : mes deux directeurs de mémoire, ma relectrice et…moi.

Difficile d’expliquer le bonheur (et encore le mot est faible, j’ai été sur-motivée pendant toute la période) qui m’a animé l’année entière où j’ai parcouru la région qui s’étend sur 23.000 km² lorsque j’ai rédigé la partie inventaire de mon volume (oui, parce que j’ai tout de même mis 18 mois à le faire ce mémoire).

Mais voilà, la vie vous rattrape, avec ses cases sociales, ses obligations matérielles… Arrêter les études, se trouver un job, puis un autre, avoir un enfant, pas un autre, un autre job… et on s’oublie un peu, sous des prétextes fallacieux, oui, illusoires…

Puis un jour, on a un peu plus d’argent, un excellent prétexte pour faire un voyage lointain et inhabituel ! J’ai eu le choix entre 3 destinations : je choisis l’Ouest des Etats-Unis. C’était en 2004. La même année j’irais aussi fouler la colline antique de Delphes étudiée pendant toute une année universitaire, et irais également pour la première fois à Londres (si, si !) , si près et pourtant…

Dès le premier pas posé sur le sol étranger, j’ai soudain eu la révélation. J’étais chez moi, et je découvrais comme Aldous Huxley que « tout le monde avait tort » *et que l’on a tout à apprendre ailleurs et des autres. Ma petite vie m’ apparue soudain étriquée et cette brèche s’est soudainement, à la faveur de ce voyage, ouverte pour ne plus jamais se refermer.

Aujourd’hui, je sais que mon épanouissement est lié aux voyages et à la découverte. L’intensité de ce sentiment de liberté éprouvé devant les paysages sans fin de l’Ouest des USA, mais aussi dans ces villes où les immeubles flirtent avec les nuages, m’ont donné envie de m’intéresser plus à la géographie (ma passion des cartes existait déjà) qu’à l’histoire elle même. Face à ces beautés, l’histoire nous semble secondaire. Cette phrase notée dans le volume de Michel Onfray résume très justement ma pensée : « L’histoire est à la géographie, ce que l’écume est à la mer »**.

La Terre m’émerveille. Plus je me rapproche de la nature et plus j’ai envie de m’éloigner du monde …

D’autres fois, je me prends à rêvasser… à me dire que j’aurais dû naître à l’époque des grandes explorations, avoir mon cabinet de curiosité, écrire sur les peuples que j’ai rencontré, écrire sur les beautés des paysages vierges de toute occupation humaine, une terre pas encore foulée ou apprivoisée, je me transporte dans l’épique voyage de Waldemar Abegg***, dans le journal de voyage de Lewis et Clark ****, me sent soudain une âme de pionnier…

Photo Mini-Blonde

Nous retournons aux Etats-Unis cet été, un voyage éclair à New-York, une claque initiatique pour notre mini-blonde de bientôt 12 ans, histoire de lui transmettre ne serait-ce un petit virus du voyage, une vision éclairée d’une ville caractérisée par son melting-pot, bref, on espère un souvenir mémorable pour elle.

Et nous avons déjà d’autres projets en tête, peut-être plus lointains, plus sauvages… mais des projets tout de même, même continent,  autre hémisphère …

Merci à Zok d’entretenir ma rêverie avec les ouvrages qu’il m’offre régulièrement et ses aspirations qui nourrissent  les miennes.

A l’heure où je remets en question mes choix professionnels (s’il y a choix, au lieu d’opportunités ?), où l’épanouissement semble être le grand absent… cette réflexion ne me facilite pas la tâche … Désolée si le pavé est indigeste ou trop alambiqué, mais il est sorti et les idées sont venues ça et là.

* Tour du monde d’un sceptique, 1925

** Théorie du voyage. Poétique de la géographie, 2007

*** Chronique d’un monde disparu, 1905-1906 (Un livre fabuleux dont d’ailleurs mon amie Catherine avait fait la chronique ici et dont j’ai déjà parlé ).

**** Far West, volumes 1 et 2

Si certains d’entre vous ont des lectures de carnet de voyage à me soumettre, je suis toute ouïe !

20 commentaires leave one →
  1. juillet 31, 2011 4:50

    Je vois que nous avons des préoccupations communes … je suis également à la recherche d’un nouveau projet professionnel mais pour l’instant je suis plutôt dans le brouillard … Je cogite , je cogite et guette l’opportunité ou l’idée !
    Sinon, je te souhaite un bon voyage à New York et raménes nous plein de photos et j’espére que ta puce va adorer mais je ne me fais pas de soucis , elle sera bien guidée !

  2. juillet 31, 2011 7:57

    Allons-y let’s go, c’est parti les amis, nous allons les trouver, je sais qu’on peut y arriver !
    Où allons-nous ??…

    • juillet 31, 2011 8:07

      @ Isa : En effet … je ne suis pas encore prête à passer à l’action …
      Quant à NYC, et bien je crois que mon budget shopping sera englouti par une nouvelle lentille pour mon appareil … au moins j’aurai de nouvelles expériences photo :)

      @ Dora : sors de ce corps !

      J’suis la carte, j’suis la carte …

  3. juillet 31, 2011 9:19

    J’ai l’impression de me lire moi-même… Rêve d’exploration depuis ma tendre enfance, d’être une archéologue de renom, de voyager partout pour découvrir de nouveaux mondes inconnus. L’histoire, c’est une de mes formations universitaires donc, j’adhère! Et oui, sans la géo, l’histoire n’est rien.
    Des questions professionnelles, j’en ai à la tonne! Et j’ai réglé le problème d’une façon assez drastique: je vais abandonner mon emploi lorsque nous serons prêts à partir, donc dans moins d’un an. Et je travaillerai sur la route à des projets qui seront autrement plus motivants que de faire du 9 à 5, 5 jours semaine, sans possibilité de m’épanouir… Le piège de la cage dorée que nous nous sommes tous contruits lorsque nous avons « choisi » la vie telle qu’on nous la présentait…

    • août 1, 2011 2:42

      @ Martine : Comme dit Audrey ci-dessous, effectivement cette réflexion risque de rencontrer bon nombre d’échos !
      A choisir entre le boulot 9-18 payant mais pas épanouissant et travailler des projets « sur la route », y’a pas photos… mais le saut n’est pas si facile à faire ! Oui, c’est bien ça, on se sent complètement piégé … impossible là aussi de réfléchir à l' »après » !
      Les rêves d’exploration sont tenaces et ne semblent pas s’atténuer avec l’âge :)

  4. Audrey permalink
    août 1, 2011 7:20

    Je pense que tu vas rencontrer beaucoup d’échos dans ce que tu nous dis là ! J’ai trouvé un travail qui correspondait complètement à mes études, il y a même pas un an. ça devrait être parfait, mais j’ai déjà l’impression d’avoir loupé quelque chose. Je n’ai pas fait d’études de lettres, d’histoire de l’art, ni de géo, tout ce qui m’a toujours intéressée… Du coup je lis, je lis, en espérant que ça compensera. Et je commence aussi à me perdre dans la préparation de voyages (beaucoup pensé à toi ce weekend ;) ). Pas encore très loin, mais je suis sûre que ça sera sacrément différent.

    • août 1, 2011 2:49

      @ Audrey : Je ne regrette absolument pas mes études aux débouchés stériles (on le sait déjà quand on rentre dans ce genre de section), car pendant 5 ans, j’ai fait les études qui me plaisaient. Pour le boulot, je ne peux m’en prendre qu’à moi, autant je me suis accrochée (et défoncée) pour ces études et travaux de recherches, autant quand il fallu chercher du travail, je n’ai pas attendu ou voulu sortir de ma zone de confort pour un boulot qui correspondait à mes études.
      Donc évidemment, je me retrouve avec un tout autre bagage professionnel, très éloigné des aspirations du départ. Cela dit, je me suis toujours sentie prête (et capable) de faire plein de choses, voire tout et n’importe quoi. Mais au bout de quelques temps, la lassitude guète et les aspirations premières refont surface.
      Si ton boulot est épanouissant et si tu trouves ton plaisir dans les passions extra-professionnelles, tu n’auras rien loupé :)
      Ah les préparations de voyage…. C’est déjà le voyage qui commence !
      Alors, tu vas où cette fois ??? Tu m’intrigues !

  5. Catherine permalink
    août 1, 2011 9:30

    Un billet qui sonne juste !!! Une belle occasion pour encore réfléchir à l’importance du chemin par rapport à la destination. Et pour pratiquer le « late blooming » si cher à nos amis américains. Souvent, poser la question, c’est permettre la réponse ;o)
    Et j’ai hâte de voir les photos que tu vas ramener ! Profitez bien !

    • août 1, 2011 2:57

      Merci Catherine, mais tu me connais trop bien :)
      Le problème c’est que la réflexion semble tourner en rond pour l’instant.
      Pour les photos, et bien, comme je te disais ça se précise. Je suis simplement désolée d’arriver à NYC un vendredi en fin d’ap midi…. Je ne pourrais pas me rendre chez B&H avant dimanche :( Mais bon, on aura tout de même de quoi faire !
      Toi aussi passe d’excellentes vacances !!

      • août 17, 2011 3:51

        Hummm … Nan ! C’est pas parce qu’on passe plusieurs fois au même endroit qu’on tourne en rond. La vie est comme un fleuve : on ne se baigne jamais deux fois dans la même eau. Bon voyage ;o)

  6. août 1, 2011 9:54

    Comme c’est curieux, j’ai toujours pensé que Histoire et Géographie ne faisaient pas bon ménage, sans doute parce qu’à l’école je n’ai jamais réussi à m’intéresser aux passés trop lointains laissant la géographie nourrir mes rêves de globe-trotter ! Quand en (19)62 j’ai découvert l’Amérique et les Américains, ils me semblaient aussi différents de nous que si j’allais aujourd’hui à la rencontre d’un peuple indigène en Papouasie !
    Quand je ne voyage pas, je fais quelques traductions, de la post-synchronisation et du sous-titrage de film documentaires pour le Festival du Film d’Autrans dont mes sujets préférés sont scientifiques, animaliers, ou sur l’environnement et l’ethnologie. Mais jamais rien qui s’apparente à l’Histoire ! J’ai d’ailleurs du mal à m’intéresser aux musées sauf s’ils racontent notre histoire contemporaine.

    Voici une adresse de carnets de voyage : http://besancon-philadelphia.blogspot.com/
    Ce sont ceux de deux ex-expatriés, Alain et Adeline qui ont beaucoup sillonné les USA le temps de leur séjour. Alain écrit actuellement les dernières lignes d’un livre sur le sujet.

    Profitez bien de votre prochain séjour New-Yorkais. Pour le moment je prépare un long périple d’un mois encore, de l’Oklahoma à l’Arizona par la Route 66 et retour le long de la frontière mexicaine jusqu’au Texas. Départ début octobre !

    C’est quand la suite du précédent voyage ? Tu nous fais languir !

    • août 2, 2011 6:56

      @ Ah oui ? Et bien j’ai fait l’inverse, j’ai d’abord fait l’impasse sur la géographie, pour y venir. Mais les deux sont indéniablement liés ! J’ai fait également de l’ethnologie à la fac, et l’étude et la compréhension des peuples passe également par son histoire.
      Tu m’avais déjà signalé ton activité de traduction pour ce festival, ça doit être drôlement captivant comme activité :)

      J’ai suivi de loin le périple From Besançon to Philadelphia, et j’avais vu qu’ils étaient rentrés en avril et effectivement ils ont bien profité de visiter le pays le temps de leur séjour :) Je surveille les avancées d’écriture …

      Prépare bien ton nouveau périple. La route 66, bien que destination très classique est un thème qui me fait toujours de l’oeil. Nous en avions fait plusieurs morceaux depuis, mais l’Oklahoma et le Texas, c’est la ceinture profonde que nous n’avons pas encore fait. Ils ont essuyé de sacrés tempêtes au printemps, soyez prudents !
      Pour le Texas, j’aimerai beaucoup visiter ! J’ai vu quelques images de la banlieue sud de Houston sur la côte et ça me donnait pas mal envie d’explorer ce secteur :)

      Quant à la suite, elle est prête… !

  7. août 1, 2011 7:31

    Après avoir fait le total du positif et du négatif, je crois que je n’aime pas notre époque… et je pense que ce rejet nourrit aussi une grande part de nos rêves. Car même en ne s’épanouissant pas professionnellement dans un monde qui va dans le bon sens, je pense qu’on y trouverait plus notre compte.

    • août 2, 2011 6:57

      Indéniablement … reste juste à trouver quoi faire pour s’épanouir !!!

  8. août 2, 2011 8:41

    Merci pour ce texte, absolument pas indigeste !
    On se sent moins seule…
    Bon voyage, et oui ramène nous de belles images :)

    • août 2, 2011 2:51

      @ Dany : merci :)
      Compte sur moi pour les images …

  9. août 2, 2011 3:52

    Voici un lien vers une compilation vidéo magnifique et d’excellente qualité : http://www.escalofrio.com/n/Curiosidades/Vistas_Aereas_Asombrosas/Vistas_Aereas_Asombrosas.php
    … de quoi donner des fourmis dans les ailes !

    • août 2, 2011 4:13

      Sauf erreur, c’est le film Planète Terre de la BBC ! Nous avons la version 4 dvd à la maison, tu penses… On est toujours interloqués sur les prises de vue, on se demande bien comment ils parviennent à filmer les paysages sous tous ses angles! Faudrait peut-être que je regarde les bonus ?!

  10. août 2, 2011 4:15

    Mais c’est fabuleux, n’est-ce pas !
    Je conseille à tous les amoureux de la nature et des beaux paysages ces films de la BBC :)

  11. août 2, 2011 8:54

    J’ai toujours adore l’histoire et je regrette de ne pas avoir choisi cette voie.
    Les voyages me manquent. Cela fait longtemps que je n’ai plus fait de beaux, grands voyages. Et j’ai envie de recommencer avec le koala pour lui transmettre ce gout. Une de mes idées, c’est de faire des parcours histoire/geo : la prehistoire dans le Perigord, l’Egypte, Rome, etc…. Tu as compris le concept !
    Très beau texte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :