Skip to content

Quelques jours à Montréal

juillet 16, 2013

Cette demande sponsorisée  est l’occasion de revenir ici, avec certes quelque retard, sur mon séjour québécois…

Si il est vrai que j’ai laissé de côté ce blog, mon intérêt pour les voyages et ma passion du Nouveau continent ne se sont pourtant pas taris. Ils n’ont été mis de côté que le temps de cette parenthèse studieuse : où j’ai obtenu le diplôme convoité et les premiers résultats encourageants d’un concours….

J’étais à Montréal juste pour la période d’Halloween en 2011. Mon séjour a eu un côté très surprenant, car curieusement, je me suis surtout sentie chez moi le jour où j’ai traversé la frontière pour me retrouver à Burlington (Vermont, Etats-Unis), cette ville au bord du Lac Champlain que j’avais déjà visitée en 2006 et qui n’avait guère changé fin 2011…

Cependant, j’ai été vraiment séduite par Montréal, très différente de la ville que j’avais imaginée avant de m’y rendre. Véritable ville plurielle : j’ai été frappée par les identités fortes de ses quartiers, si bien qu’on se croirait à chaque fois dans une ville différente. Chacun peut y trouver aussi bien l’exotisme des villes nord-américaines, que le rappel vivant des traditions de  l’Ancien continent et l’attachement à la francophonie, et c’est l’amalgame de ces cultures qui donne à Montréal cette atmosphère unique. Le Canada est l’état du multiculturalisme et Montréal l’illustre parfaitement…

Montréal le plateau 012

L’idéal pour s’imprégner de la ville, c’est y demeurer au moins une semaine, à l’automne par exemple pour profiter des couleurs exceptionnelles qui couvrent le Mont-Royal !  J’avais la chance d’ y être accueillie par une adorable cousine, mais les hébergements à Montréal à tarifs raisonnables  ne manquent pas, avec une préférence particulière pour les Bed & Breakfast très faciles à dégoter , que ce soit  dans les quartiers du Vieux-Montréal (plutôt francophone), du Plateau et Mont-Royal (à tendance anglophone) etc.

Si j’avais du envisager cette option, j’aurai sans doute choisi un charmant B & B dans une maison avec cachet du Vieux-Montréal, parce qu’il est facile de rayonner de cette zone grâce aux transports  en commun. De la Vieille ville, on se trouve à deux pas du Vieux-Port, des musées, notamment de l’étonnant Musée d’Histoire et d’Archéologie Pointe à Callière situé sur le lieu de fondation de Ville-Marie, qui deviendra Montréal. De la Vieille ville on se rend facilement en métro jusqu’au Plateau pour déambuler dans ses adorables quartiers de maisons à l’allure victorienne avec leurs escaliers extérieurs, « faire du magasinage » dans  ses boutiques branchées, se promener dans les nombreux parcs du Mont-Royal et même se rendre sur l’île Saint-Hélène et son parc Jean Drapeau et le musée de l’environnement Biosphère qui a investi les anciennes structures du pavillon des Etats-Unis de l’Exposition universelle de 1967.

Montréal est une destination parfaite à l’automne où le climat est souvent des plus agréable, les hébergements sont largement adaptés à toutes les bourses, pour un dépaysement garanti sur les terres de l’Ancienne France.

Une histoire de temps…

mai 16, 2012

Montréal, le Plateau, novembre 2011 © TheMarigaZbulle

Il s’agit (…) de faire les choses nous procurant un sentiment d’accomplissement. Reprendre un hobby, apprendre une langue, voyager… tout ce qui peut donner du sens et du sel à la vie. Lancez-vous dans tout ce qui vous passionne. Si vous intégrez un temps de gestation suffisant, il n’y a pas de projet, de compétence ou d’entreprise qui ne soit à votre portée. A condition d’être certain que le meilleur reste à venir. ».

Tom Butler-Bowdon, propos recueillis par L. Leter, In ELLE magazine 11 mai 2012 (p. 194), auteur de « Il n’est jamais trop tard pour réussir ! » (éd. Payot)

Je médite …

Je dirai que je suis en gestation.

« Invincible » *

mars 20, 2012

Je suis les aventures de Celia et Loïc, deux expatriés français à Seattle , depuis mon dernier trip dans le nord-ouest des Etats-Unis, c’est à dire grosso modo depuis mai 2010. L’écriture limpide de Loïc nous entraîne entre caricatures américaines et spécialités locales dignes d’intérêt, toujours avec beaucoup d’humour et de respect !

Je ne les connais pas, ni Célia, ni Loïc. Je n’ai même pas pensé à les contacter quand je préparais mon voyage à Seattle, n’ayant trouvé le lien de leur blog que quelques jours avant mon départ. Mais j’ai aimé partager avec eux quelques particularités du cru et à mon retour ces échanges ont permis de faire un peu perdurer le souvenir de ce voyage ! J’ai commencé timidement à commenter sur leur blog vers juillet de la même année et au fil des échanges, une petite complicité s’est naturellement créée entre les commentateurs « usaphiles » du blog et ses rédacteurs.

En mars 2011, il y a un an tout juste, quand Loïc nous apprend via un billet sur son blog que l’on vient de lui diagnostiquer une leucémie aiguë lymphoblastique, c’est un peu la stupeur. Puis la gêne. Vous imaginez combien il est difficile dans ces moments d’exprimer toute la compassion à une personne que l’on ne connaît qu’à travers un blog. Mais, comme si Loïc avait deviné la gêne de ceux qui venaient le lire, il nous a mis à l’aise, on s’est installés et il nous a même avoué que d’imaginer outre Atlantique tous ces lecteurs qui avaient une pensée pour lui le réconfortait…

Loïc et ses proches ont passé des moments pénibles (ahem, « pénible », le mot est sans doute trop faible…) … Loïc a été admirable (punaise, jamais je n’aurai eu autant de courage)  !!!

Aux mauvais jours ont succédé de meilleurs …

Aujourd’hui, grâce à un don de moelle osseuse, Loïc est « à priori » (ce sont ses termes !) guéri ! Sans ce don providentiel, il ne serait sans doute plus derrière son clavier prêt à relayer l’information sur cette semaine de mobilisation pour le don de moelle osseuse. La moindre chose que je puisse faire, en plus de lui exprimer tous mes voeux pour sa guérison, est de relayer cette information parmi mes lecteurs et vous incitez à faire de même via les réseaux sociaux, votre blog etc…

J’ai souvent pensé au don de moelle osseuse, et je sais qu’un jour prochain je sauterai le pas !

Je vous incite également à lire le journal de sa maladie (que l’on pourrait appeler « Le journal de sa guérison ») via son blog depuis mars 2011 où Loïc n’est jamais tombé dans le pathos. J’ai tout lu, peu commenté pudiquement car souvent il me manquait les mots justes . Si je n’y ai pas souvent exprimé ma compassion, j’ai régulièrement eu une pensée pour lui et son épouse Célia, là bas sur les collines de Seattle que j’ai adoré parcourir en mai 2010 !

Le site du don de moelle osseuse

* Petit clin d’oeil à Loïc fan de cette BD, dont le titre est un peu devenu sa mascotte !

Zok, la tête dans les étoiles

décembre 13, 2011

Nébuleuse de la Tarentule

Dans ses valises du Chili, Zok nous a ramené aussi de formidables clichés du ciel pris à l’aide des instruments disponibles sur place. Je l’inviterai à se fendre d’un ou deux articles ici pour vous expliquer un peu ses observations, ses photos et son voyage …

lune

L’astronomie et donc la physique sont des sciences tout à fait fascinantes !  Même si la plupart des concepts demeurent aussi mystérieux pour moi que la compréhension du chinois…

Je ne saurais que vous conseiller de suivre l’excellente série documentaire diffusée actuellement sur France 5 : Les merveilles du système solaire : l’Empire du système solaire produite par BBC/Discovery Channel avec les commentaires de l’éminent physicien britannique Bryan Cox. La série documentaire vient d’être éditée (novembre 2011) pour la France en DVD et Blu-ray, et c’est réellement un petit bijou ! Leur diffusion l’an passé sur les chaînes britanniques a eut un succès démentiel.

A ce titre, je rappellerai une autre formidable série documentaire (toujours éditée par la BBC)  Planète Terre de 2008 ! Ces séries sont autant d’excellentes idées de cadeaux pour Noël …

Bon, d’ailleurs, je vous laisse, nous avons le second épisode des Merveilles du Système Solaire qui nous attend…Depuis que j’ai vu le premier épisode, je n’ai qu’une idée en tête : voir une aurore boréale !

All photos © S. Zochowski – Hacienda des Etoiles, Chili – nov-dec 2011

Zok au Chili

décembre 3, 2011

Zok rentre tout juste du Chili…. et voilà ce qu’il ramène dans ses bagages.

Il débute, mais c’est plutôt pas mal non ?

Un Top de New York

novembre 13, 2011

S’il y a bien un endroit que j’adore à Manhattan, que l’on a pu découvrir en 2008 et où nous sommes retournés avec plaisir en 2011 :  c’est le Top of the Rock !

Non sans avoir une petite pensée pour les habitués du 30 Rockfeller Plaza*, j’aime parcourir les étages du GE Building dans l’ascenseur « supersonic » qui vous donne le vertige avec son plafond transparent, jusqu’à la succession de terrasses de l’observatoire qui nous donneront un point de vue unique sur New-York !

Le GE Building (autrefois RCA Building) sera lors de sa construction le gratte-ciel le plus populaire du Rockfeller Center. Construit dans le style art déco et achevé en 1933, il comporte 70 étages ; c’est donc le 9ème immeuble le plus haut de Manhattan, talonnant de peu la World Trump Tower (262 m). A la différence des immeubles art déco construits dans les années 30, il se distingue par son toit plat. Pour l’anecdote, il sera rendu célèbre avec la photo signée Charles Clyde Ebbets en 1932, le fameux Lunchtime atop a Skycraper.

Parvenus au 67è étage (l’observatoire occupe 3 niveaux du 67ème au 70ème étage que l’on peut parcourir à sa guise), de l’une des plus célèbres plate formes d’observation de Manhattan, notre premier regard sera pour le nord, et de là haut, on peine à voir jusqu’au bout de Central Park. Quel parc immense !

L’observatoire offre tout comme l’Empire State Building un panorama à 360 °, où l’on distingue par temps clair jusqu’à la pointe de Lower Manhattan, les principaux boroughs de New York City dont Manhattan n’est que le plus connu (Harlem au nord, le Queens à l’est….), ainsi que le New Jersey de l’autre côté de la rivière Hudson.

De l’autre côté, à chaque fois, je suis émue d’avoir en ligne de mire et à une portée intéressante, l’autre célèbre observatoire de la ville : l’Empire State Building. Ici, déformé par l’angle de ma prise de vue, il paraît si loin… et finalement, si je prends à l’échelle ces touristes qui comme moi ne se lassent de la vue, il paraît tout à coup si proche… non ? Cette vue me coupe le souffle à chaque fois !

Inutile de vous dire que Mini Blonde, 11 ans au compteur,  a été impressionnée dès la visite de l’intérieur et notamment par la vitesse de l’ascenseur qui monte les 67 étages en quelques secondes. Une fois en haut, c’est la vue panoramique qui s’est gravée à jamais dans sa mémoire, sans parler de l’impression de vertige quand on a osé se pencher et regarder vers le bas en voyant s’agiter au niveau des rues de minuscules fourmis et de longues files de voitures ressemblant à des jouets d’aussi haut.

Nous n’avons pas eu la chance, malgré trois voyages dans cette ville extraordinaire, de la visiter pendant la période des fêtes de fin d’année. Si vous avez cette chance avant nous, vous ne pourrez pas louper le célèbre sapin de Noël qui surplombe la statue de Prométhée sur la Plazza du Rockefeller Center avec en dessous sa célèbre patinoire.

Mais on ne compte pas se faire devancer si facilement. Le dernier sur place paye sa tournée de Cheese cake !!

A vos marques…

30 Rock,  sitcom US créée par Tina Fey, avec Tina Fey, Alec Baldwin. Que je vous recommande chaudement pour vos soirées TV d’hiver ….

All photos (c) M. Zochowski – Top of the Rock, dans la lumière d’un soir d’été, août 2011

Revoir mon succinct billet daté de 2008 (dans la lumière du matin, cette fois !), c’est par ICI.

The NY’s High Line (Meatpacking District-Chelsea)

novembre 6, 2011

J’avais prévu de vous écrire mon petit topo sur la High Line de New York pendant mon temps d’attente à l’aéroport de Charles de Gaulle, mais finalement, mes 3 heures d’attente pour mon avion sont passées bien vite. Dans l’avion, je ne suis pas vraiment inspirée… et une fois sur place, je n’ai pas eu deux minutes pour m’y atteler !

Pour revenir aux changements non négligeables à Manhattan ces 3 dernières années, la High Line située au coeur du quartier de Meatpacking District, est de ceux qui ont réussi à transfigurer la vie et l’allure complète du quartier autrefois encore en friches avec ses bâtiments industriels défraîchis et cette ligne de métro aérien abandonnée qui sillonnait le quartier du nord au sud jusque Chelsea.

Cette réalisation nous tenait à coeur, car depuis 2005, année où le projet avait été exposé au MOMA nous avions suivi avec attention les travaux, et quand en 2008, lors de notre retour à Manhattan les travaux auraient dû être achevés, nous avions été très déçus de constater que des impératifs avaient eu pour conséquence un retard important dans la livraison de cette promenade plantée (voir mon billet de 2008 ICI )…

Cette année en revanche, nous avons eu la joie de pouvoir enfin parcourir ces 2 kilomètres et avoir une nouvelle perspective sur le Lower West Side. La promenade plantée est pleine de surprises, outre les bancs, tables, rangée de chaises longues face à l’Hudson, plantations diverses : un passage sous le  Standard Hotel de James Steward Polshek qui s’intègre dans ce paysage urbain, hôtel dont certains n’hésitent pas à souligner son aspect « exhibitionniste » tant le promeneur sur la High Line possède une vue intéressante sur les baies vitrées des chambres, un belvédère vitré surplombe la chaussée à l’angle de 10th Ave et 17th Street, un pédiluve qui fait la joie des petits et des plus grands les jours de grandes chaleurs … La promenade du fait des plantations et des passages à l’ombre en fait un parcours vert rafraîchissant.

Les immeubles environnants ont changé, certains ont été rénovés,  d’autres ont fait leur apparition attenants à la promenade, lui donnant une allure de balade architecturale et design.  L’harmonie visuelle commence à se dégager du quartier, caractéristique de cette skyline new yorkaise qui en dépit de sa diversité, donne une idée harmonieuse et équilibrée  qui en fait sans doute tout son attrait.

Au loin, en arrivant à Chelsea, l’Empire State Building nous nargue. Nous n’y sommes pas encore retournés. Ce sera chose faite dès la fin de la soirée qui suivie cette promenade !

La perspective sur la rue et les immeubles a pris toute sa dimension : architectes et artistes ont travaillé sur la mise en valeur des bâtiments et du mobilier existants.

Nous avions vu le projet de cet immeuble appelé le HL23 de l’architecte Neil Denari (l’immeuble est situé sur 23è rue)  lors de notre visite en 2008 au New York City Museum. Cela nous a fait tout drôle de voir ce projet achevé, là juste devant nos yeux, puisque nous avions déjà oublié cette exposition depuis…

Même si vous n’êtes à Manhattan que pour quelques jours, et j’en conviens, il est difficile de tout visiter et de tout voir en si peu de temps…  surtout n’hésitez pas à consacrer une balade sur la High Line, vous ne le regretterez pas !

Pour revenir sur l’aspect historique de ce projet, je vous invite à parcourir (ou revoir) cet article de 2008 : The High Line Project.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 79 autres abonnés